lundi 17 janvier 2022

Maudite sois-tu, Marie Bardamu ! đŸŒș

RĂȘvĂ© qu'une « Marie Bardamu » avait pris possession de mon blogue. Elle se l'appropriait allĂšgrement, y Ă©crivait des articles. Elle agrĂ©mentait ses textes, pourtant cyniques, de beaucoup trop de fleurs ridicules.

Le lendemain, surprise, prolongement matriciel de mon rĂȘve, mon blogue ne fonctionne plus, ni avec le .com, ni avec l'adresse Blogger ! Facile de penser Ă  un code vert sur fond noir.

J'Ă©cris alors Ă  Google, qui me redirige vers Enom.

La nuit d'ensuite, je rĂȘve que c'est une bande de jeunes Ă©tudiants en lettres qui a pris le contrĂŽle de mon blogue, avec la mĂȘme ambition que Marie Bardamu, dans le rĂȘve prĂ©cĂ©dent.

Enom finit par me répondre :

Hello,

Thank you for reaching out, to ensure long-term stability and allow us better to support our customers, Enom is presently undergoing a data centre migration. The migration is expected to last from 9 am (PST) Sunday the 16th.

[...]

We apologize for any inconvenience that this may cause, and we appreciate your patience. If you encounter any difficulties with website resolution & email delivery after the migration completes, please do let us know, and we’ll be glad to help.

Kind Regards.

Ce qui est cool c'est que grĂące Ă  ce modeste effet papillon, j'ai dĂ©cidĂ© d'explorer d'autres noms de domaine pour mon blogue. À VENIR.

Ça m'a aussi empĂȘchĂ© de perdre mon temps, ce week-end, Ă  Ă©crire un article sur la lourdeur bureaucratique des universitĂ©s. Le plus beau passage de ce texte : La bureaucratie est une violence douce, c'est une incivilitĂ©.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire