mardi 28 mai 2024

N'intériorise pas / intériorise

N'intériorise pas : la candeur des monstres, l'horloge de ciment, le soleil qui ne donne que des rougeurs, le ton jaloux des morts, l'âpreté d'un futur aplani, les crânes caustiques, la banalisation des faits divins, la prouesse des édentés – les refus spontanés.

Intériorise : l'étoile qui t'étudie quand tu dors, les gestes qui font mousser les futurs cléments, la ruelle où germent toutes les fleurs du monde, un jeu vidéo sur ta vie, l'étoile qui étudie ton sort, le chant d'un oiseau tiraillé entre l'allemand et le japonais, un avril plus haut que les fleurs, la lumière post-cynique – l'amour, tout bonnement.

samedi 25 mai 2024

Ruelle de la Providence


Pas pire, comme nom de ruelle !

Le genre de nom qu'un écrivain trouverait, en sachant qu'il exagère, en souriant néanmoins.

Un aut' - micro-poème en prose

Le point languide de miracle, tu le sens en toi. Il ne te dévorera pas, pas plus que tu ne le dévoreras. Un miracle est avant tout un bourgeon.

Vers qui dormaient dans un calepin

J'ai dû écrire ça entre trente-cinq et récemment.

J'ai tout dans la vie
Sauf une prière
Droite, régulière, simple

Maximes en fleurs
Sur un crâne mou

L'âge nous donne
L'air sage
Mais seulement l'air

jeudi 23 mai 2024

Bloqué dans l'écriture ?

Qu'est-ce qu'on fait dans ce temps-là ?

J'aime bien le conseil d'Eric-Emmanuel Schmitt au sujet du médicament d'écriture. C'est si sobrement et intelligemment et somme toute bien dit. À savoir : lire un auteur qu'on aime beaucoup, qui nous stimule. Une très bonne idée.

J'aime beaucoup aussi le conseil d'Hemingway : “I would sit in front of the fire and squeeze the peel of the little oranges into the edge of the flame and watch the sputter of blue that they made. I would stand and look out over the roofs of Paris and think, “Do not worry. You have always written before and you will write now. All you have to do is write one true sentence. Write the truest sentence that you know.” So finally I would write one true sentence, and then go on from there.” *

Hostie ! C'est beau. Bang, wow. J'aime beaucoup ce conseil-ci, car il est poétiquement écrit, et parce qu'il relate une démarche un peu plus viscérale.

* Je traduirais par quelque chose comme : Je m'asseyais face au feu, puis pressais la pelure des petites oranges aux abords de la flamme en observant le pétillement bleu. Je me levais, regardais par-dessus les toits de Paris et pensais : « Ne t'en fais pas. Tu as toujours écrit et tu vas écrire. Tout ce que tu dois faire, c'est d'écrire une phrase vraie. Écris la phrase la plus vraie que tu connaisses. » Aussi finissais-je par écrire une phrase authentique, et enchaînais à partir de là.

Patriotes : cette brève chronique m'a marqué

« Patriotes: on a pendu des précurseurs »

L'histoire, je veux la connaître plus et mieux. Tout le monde devrait y aspirer, ne serait-ce qu'un peu. Ce texte nous en offre une excellente occasion !

Lapidaire exclamation, mais tout l'intérêt se trouve dans l'édito ci-haut.