mercredi 10 juillet 2024

Moisson 2023 : # 1 – Parc Laurier

Mon préféré, peut-être, de toute la batch de 2023 :

***

Parc Laurier

Parc Laurier, encadré de
Quatre rues pourpres,
La nuit, dans ton berceau
De joie vaporeuse,
Visité d'ombres fêtardes
Et de marcheurs goûtant
Le fruit noir de l'air,
Dans ta vaste parenthèse
De nuit bienveillante,
Un peu soustrait
Aux crimes de l'humanité,
Encore marqué par
La gitanerie et le
Repos substantifique
Que tes arbres ont orchestré
Le jour, Parc Laurier,
Sous tes voiles de nuit
Tendres et légers,
Je te prends
Contre mon cœur ;

Je te traverse, je te
Foule, je suis foule,
De belles chaussures
Aux pieds, je m'en fous,
Je m'en lave les pieds
Et les mains, me lave
De ta petite roche
Et ton sable, je longe
Ta piscine, où quelques
Fêlés parfois sautent
De sauts illicites dans la nuit,
Je contourne ton chalet,
Longe ta plaine de jeux,
Emprunte ton petit
Sentier diagonal
Qui me fait déboucher
Sur Mentana et Laurier ;

Mais je m'en fous, Parc Laurier,
Je m'en fous, car tu es à moi
Et je t'aime, j'ai la chance
D'habiter en face de toi ;

Et si un maniaque, ombre
Plus solide que les déjections
De lune, que les murmures
Hostiles, me barrait brutalement
Le chemin ?

Ça n'arrivera pas, Parc Laurier,
Car tu n'es que joie féconde,
Luxe d'arbres, trêve lunaire.

Et même si le soleil est
À l'envers et si l'air pue
La menace non formulée du
Clan des ombres et
Que les noctambules
Répandent la poudre
De leur rire et la
Fumée de leurs joints,
Je, poète, le poète,
Celui des nuits et
Des jours et des
Mille nuances entre
Les deux, je vais
Continuer de te
Traverser, car des
Textes m'attendent,
Je dois les écrire,
Je dois te parcourir,
Tu es un bien nécessaire
Et je te croise et
Tu me croises et crois-moi
J'en sors toujours grandi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire